Association franco-belge Le Cercle Léopold III

Décès le 28 juin 2004 de Marcel JULLIAN

Président d'honneur du Cercle Léopold III

 


Le Cercle Léopold III est en deuil.

Son Président d’honneur a quitté ce monde.

Toute sa vie n’aura été que création : journalistique, littéraire, télévisuelle, cinématographique.

Il avait dans le regard cette conviction et cette volonté de bien faire.

Marcel JULLIAN était une grande figure du Léopoldisme.

Souvenons nous de ses paroles :

« J’ai eu l’honneur et le bonheur d’être reçu à Biot dans les Alpes Maritimes et au Château d’Argenteuil, près de Waterloo, par le Roi Léopold III et la princesse Lilian de Belgique, et ce sont lors de ces rencontres, que j’ai voué une estime profonde pour le souverain si injustement traité, tant par les Anglais que par les Français, au moment de la capitulation de l’armée belge en mai 1940. Je sais les mensonges, les calculs, les ignominies qui ont été perpétrés. Je souhaite apprendre qu’on s’emploie à les réparer, et qu’on y parviendra ».

Souvenons nous de son appel du  03 novembre 2002, au pied de la stature du Roi Chevalier, place de la Concorde à Paris.

« Je demande solennellement, au soir de ma vie, au gouvernement de mon pays de réparer, aujourd'hui, l'injustice intolérable qui a été commise à l'égard de la Belgique, de son Roi Léopold III et de son armée »

Souvenons nous aussi de son dernier appel rédigé pour le 14 juillet 2004, journée au cours de laquelle il souhaitait rendre un hommage à tous les soldats alliés tombés au Champ d’honneur sur le territoire belge en mai 1940 :

Cette année, le Cercle Léopold III a choisi de nous convier le 14 juillet à Prigonrieux en Dordogne pour y tenir, à son siège social, notre assemblée générale.

C’est une année particulière : voici soixante années les portes de la liberté sont enfin ouvertes devant nos deux nations prisonnières des armées allemandes. Une gerbe de fleurs sera déposée au monument aux morts de la ville, belges et français mêlés. Les symboles nourrissent les souvenirs.

J’aurai toujours en tête la phrase de Georges BERNANOS observant, tristement, au premier printemps d’occupation : « Cette année ce seront les Allemands qui cueilleront les mirabelles dans les jardins de Domrémy » et il plaçait la France sous la protection de Jeanne la bonne Lorraine.

Ce jour anniversaire-là, donc, à l’initiative de notre Président et ami Jacques Borgers , nous observerons une minute de silence en Souvenir de nos morts au combat.

14 juillet 1944. Il y a soixante ans de cela.

Souvenez-vous. Voici soixante ans, à la même époque, le Roi des Belges, la princesse Lilian et les enfants royaux étaient encore entre les mains de l’ennemi qui les avaient emportés de force en Allemagne : le Roi d’abord, puis les siens. Eux étaient toujours captifs. Il leur restait encore un long temps de déportation à connaître, en Autriche alors allemande, à Strobl où on les avait transférés pour échapper aux troupes russes envahissantes.

C’est de là qu’est venu tout le mal. En leur absence, au pire de leur enfermement, on a rivalisé de calomnies et de mensonges. De là, ce combat légitime et déterminé qui nous conduit à nous réunir, pour « l’honneur d’un Roi », fraternellement, belges et français.

Un épisode de cette grande querelle. Un superbe témoignage du général de Boissieu, gendre du général de Gaulle.

C’était le soir du 12 mars 1950 où la nation belge avait été consultée par referendum sur ce qu’on appelait : «  la question royale ».

Il raconte :

«  C’est la nuit du referendum qui donne la parole au peuple belge. Nous sommes à la Boiserie chez mon beau-père. Les résultats définitifs vont tomber. Le général nous conseille de nous retirer mais il reste à l’écoute devant la radio. Vers une heure du matin, stupéfaction, on l’entend frapper à la porte de notre chambre et il nous annonce, satisfait : Le Roi a gagné. ».

Le 14 juillet 2004, le jour de notre prochaine rencontre« pour l’honneur d’un homme», nous associerons, dans le même souvenir, les combattants belges qu’on a, à tort, accusé d’avoir «  lâché » en rase campagne leurs alliés français et les soldats de France qui dès le déclenchement de la guerre sont entrés en Belgique et y sont morts en s’opposant à l’envahisseur commun.

 

Marcel JULLIAN

 

B I O G R A P H I E   D E   MARCEL   JULLIAN

 

  • Né le 31 janvier 1922 à Châteaurenard de Provence, dans une  famille de paysans et de négociants.

  • Il fait ses études au Lycée Turgot et à la Faculté des Lettres de Paris.

  • Au moment de la guerre, il s’engage dans l’aviation. Après l’armistice, il entre dans un réseau du BCRA. Arrêté au cours d’une mission dans l’Est de la France, il est transféré à la prison de Luxembourg avec inculpation d’espionnage et traduit devant un tribunal allemand. Il est condamné à mort. La libération interviendra avant l’exécution de la sentence.

  • Chargé de Presse en 1952, puis Directeur  Littéraire en 1955 aux éditions Amiot –Dumont

  • Directeur Littéraire en 1960, puis Président Directeur Général en 1962 de la librairie Académique PERRIN.

  • En 1966, Administrateur Directeur Général et en 1967, Président Directeur Général de la Librairie PLON.

  • En 1971, Président Directeur Général des Editions JULLIARD.

  • Du 6 janvier 1975 au 5 janvier 1978, Président Directeur Général d’ANTENNE  2.

 

  • Producteur d’émissions de Radio et de Télévision il est aussi et toujours Journaliste, Scénariste, Adaptateur et Dialoguiste de nombreux  films dont :                                 

Cent mille dollars au Soleil
Ne nous fâchons pas
Le Corniaud

La Grande Vadrouille (MEILLEURE ADAPTATION MONDIALE  DE L’ANNEE)

La Louve Solitaire
Le Cerveau
La Bande à Bonnot
On est toujours trop bon avec les femmes
La Folie des Grandeurs
Le Petit Poucet
Pile ou Face
L’été de nos Quinze ans
La soif de l’Or

 

  • A la TELEVISION  il s’illustre notamment dans :

Les Rois Maudits
L’Aéropostale
Les Folies Offenbach ( en collaboration )
Quelques Hommes de Bonne Volonté
Le Serment
Le Premier Cercle
Le Roi Mystère
Charlemagne
Saint-Exupéry, la Dernière Mission
Mireille et Vincent
Le Roman de l’Homme (Prix d’Académie 1998)
  • Dans les émissions « UN SIECLE D’ECRIVAINS »: SACHA GUITRY  ET  JEAN GIRAUDOUX.

  • PARMI SES ŒUVRES on  peut citer notamment :

La Bataille d’Angleterre Le Maître de Hongrie
Délits de vagabondages L’Homme de 40
Courte supplique au Roi pour le bon usage des énarques La Télévision LIBRE
Madame de GAULLE Un Jour
L’Histoire de France des Commerçants L’Affaire Seznec
Franchise Postale L’Histoire des Rois de France
Charlemagne La France à Voix Haute
De Gaulle (pensées) Mireille et Vincent
Le Roman de l’Homme (prix de l’Académie 1998) Louis et Maximilien

MARCEL JULLIAN a reçu de nombreuses distinctions dont on peut souligner tout particulièrement :

  • Le grand prix Littéraire de l’Aéronautique, le prix Raymond Poincaré, Meilleure Adaptation de l’Année pour «  La Grande Vadrouille »  (Screen Writer's Guild)

  • Prix  d’Académie (1998) pour le Roman de l’Homme et le Prix CAZES en 2001 pour Mémoire Buissonnière.           

Si vous désirez découvrir ou redécouvrir Marcel JULLIAN avec toute sa sensibilité et son génie, un ouvrage non cité ci-devant est vivement conseillé:
« LETTRE OUVERTE A MON GRAND PERE QUI AVAIT LE TORT D’AVOIR RAISON ».

Lettre de condoléances à Madame Michèle Jullian